14 juillet 2017

Discours de M. Gilles FAVRET, Ambassadeur de France au Vanuatu

Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier ministre,
Monsieur le Président du Parlement,
Monsieur le Président de la Cour suprême,
Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs les représentants des autorités vanuataises,
Mes chers collègues membres du corps diplomatique,
Monsieur le Conseiller consulaire,
Mesdames et Messieurs, Mes chers compatriotes,

Arrivés à Port-Vila le 8 février, mon épouse et moi-même sommes heureux de vous accueillir pour la première fois pour célébrer ensemble notre Fête Nationale à l’hôtel Ramada qui vient d’ouvrir ses portes et qui met exceptionnellement ses espaces à notre disposition.
Nous nous réjouissons, avec tout le personnel de l’ambassade, de célébrer cette fête au Vanuatu, dans un pays avec lequel la France partage une histoire si ancienne et entretient une relation d’amitié si forte.
As I said a few months ago, when I presented my letters of credence to the much missed President Baldwin Lonsdale, who has recently left us but has not left the heart of all the Ni-Vanuatu people, and I am pleased to say again tonight, Your Excellency (as the incumbent president who has just assumed this high role), France and Vanuatu enjoy a privileged relationship that rests on many pillars : our shared history, the francophonie and of course the geographical proximity, since less than an hour’s flight separates Vanuatu from New Caledonia.
Arrivé à Port-Vila il y a quelques mois à peine, je me rends compte chaque jour un peu plus à quel point la communauté française au Vanuatu est multiforme. Environ 2000 personnes en tout, dont 800 binationaux, si l’on se réfère au Registre des Français immatriculés à Port-Vila, l’équivalent d’une petite ville française et qui représente bien, dans sa sociologie, toute la diversité française. Mon épouse et moi-même sommes heureux d’accueillir ici ce soir ses représentants, élus, présidents d’associations, chefs de services, enseignants, et tous les Français qui ont voulu se joindre à nous pour cette Fête.
Au sein de cette communauté, il y a ce qu’on appelle la « communauté d’affaires ». Elle est nombreuse, elle est dynamique, elle est en grande partie adossée à la communauté d’affaires néo-calédonienne, qui est venue en force aujourd’hui et dont je salue les représentants. Mais, comme au sein de tout village gaulois qui se respecte, elle n’est pas toujours consciente de sa force et de son unité.
En ce sens, l’ambassade peut l’accompagner. Elle en a la volonté et cela fait partie de ses missions premières en matière de diplomatie économique. L’ambassade n’a pas de budget de promotion économique, bien entendu, et elle ne distribue pas de subventions, mais elle peut faire d’autres choses : aider les entrepreneurs français dans leurs prises de contacts, accompagner leurs opérations de promotion, si elles sont collectives et susceptibles de recevoir une sorte de « label France », bref, faire en sorte que leurs partenaires et les autorités vanuataises soient bien conscients que la France et la Calédonie sont économiquement présentes et fortes à Port-Vila, et cela dans l’intérêt des deux pays.
Au sein de la communauté d’affaires de Port Vila et de Nouvelle Calédonie, je suis tout particulièrement heureux de saluer ce soir les entreprises et organismes qui ont bien voulu nous apporter leur soutien financier ou matériel pour que cette fête soit un succès, c’est-à-dire tous nos sponsors : outre l’hôtel Ramada, je remercie donc, au nom de tous les Français du Vanuatu, la BRED, la Fédération des Industries de Nouvelle-Calédonie, New-Caledonia Trade and Invest, Sharper Image, Sun Productions Printers, Switi, Top Signs, Vanuatu Beverage, Tusker, Vila Distribution, et enfin Guard Island Security pour la sécurité.
L’importance de la communauté française au Vanuatu et notamment de la communauté d’affaires est à la mesure de la place de la France dans la région.
As you know, France sees itself as a nation of the Pacific and remains committed to this wide space in which it has more than half a million nationals and three territories (New Caledonia, Wallis and Futuma and French Polynesia). Because of its history and because it is part of the large French-speaking family Vanuatu holds in the Pacific area a special place for our country, and our embassy in Port Vila is by far the biggest in size of all our diplomatic representations among the island states of the Pacific.
La France se tient donc aujourd’hui aux côtés des Vanuatais dans l’élaboration d’un partenariat multiforme, dans lequel le maintien et le développement de la francophonie occupent une place privilégiée. Dans l’environnement de plus en plus globalisé dans lequel nous vivons, où les déplacements et les échanges culturels, économiques et touristiques ne cessent de se développer, chacun est bien conscient que la maîtrise de plusieurs langues, dont le Français, est un facteur essentiel de développement. Le Vanuatu le sait bien, lui qui est le seul pays du Pacifique membre de l’Organisation Internationale de la Francophonie, et la France salue et soutient cet engagement. Ceci se matérialise concrètement par un programme de bourses et un soutien à la création de la future Université nationale du Vanuatu, beau projet ambitieux, qui nous tient à cœur.
La France se tient également aux côtés du Vanuatu par le biais des Forces de l’armée française stationnées en Nouvelle-Calédonie (FANC), qui apportent une assistance à la population en milieu rural à travers les opérations Castor, concernant des rénovations de dispensaires ou de salles de classes, comme celles que nous avons inaugurées il y a quelques semaines sur l’île de Mallicolo avec le Président Lonsdale. Les forces françaises en Nouvelle-Calédonie ont su, par leur action rapide et efficace au moment où le cyclone Pam frappait durement l’archipel en mars 2015, démontrer au Vanuatu la solidarité de la population française en métropole comme en Nouvelle-Calédonie. Elles ont encore manifesté cette solidarité cette année à la suite du cyclone Donna, et elles le feront encore à l’avenir si l’archipel est de nouveau éprouvé par une calamité naturelle.
Toutes ces actions se font naturellement en partenariat étroit avec le gouvernement du Vanuatu et celui de Nouvelle-Calédonie. Partenariat qui donne lieu à des échanges et à des visites nombreuses dans les deux sens, au niveau administratif comme au niveau politique. Je mentionnerai notamment dans ce domaine la visite du Président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie Philippe Germain au mois de mars dernier, avec la signature d’un plan conjoint de coopération entre le Vanuatu et la Nouvelle Calédonie, et la tenue lundi prochain, à Port-Vila, de la commission mixte annuelle.
As a matter of fact these bilateral initiatives would not be complete and would have less impact if they had not received in many areas the support of the European Union and in particular the 31 million Euro of the 11th European Development Fund. Being the only ambassador from an EU country residing in Vanuatu I must stress the importance of this assistance and pay tribute to the honorary consuls of European countries present tonight.
Mais, au-delà de tout ça, le Vanuatu et la France savent bien que, dans le monde dangereux dans lequel nous vivons, où la haine et la violence, y compris la violence terroriste aveugle, se manifestent presque quotidiennement à peu près partout, il n’y a de salut et d’espoir que dans la défense des principes de liberté, d’égalité et de fraternité. Ce sont ces principes que nos deux peuples partagent. Et ce sont ces principes que nous célébrons ce soir comme tous les 14 Juillet.
Vive la France, vive le Vanuatu, vive l’amitié franco-vanuataise !

Discours en anglais :

Word - 19.3 ko
(Word - 19.3 ko)

JPEG JPEG
JPEG JPEG
JPEG JPEG

Dernière modification : 18/07/2017

Haut de page