Climat - "consultations ministérielles informelles" [en]

Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, président de la COP 21, accueille les 20 et 21 juillet les premières "consultations ministérielles informelles" pour préparer la Conférence " Paris Climat 2015 " qui aura lieu en décembre prochain.

JPEG
Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, président de la COP 21, accueille les 20 et 21 juillet les premières "consultations ministérielles informelles" pour préparer la Conférence " Paris Climat 2015 " qui aura lieu en décembre prochain.

Laurent Fabius a décidé d’organiser un cycle de conférences informelles pour accompagner, à un niveau politique, le processus de négociation sur les principaux thèmes en cours de discussion.

L’objectif des "consultations ministérielles informelles" du 20 et du 21 juillet, qui réunissent une quarantaine de délégations dont une trentaine de ministres, est de discuter à la fois de l’équilibre général de l’accord, de son niveau d’ambition et du degré de différenciation qui doit être retenu pour tenir compte des situations et des niveaux de développement différents des États membres des Nations unies.

Déclaration de Laurent Fabius

« Cette première consultation ministérielle informelle sur le climat, organisée par le Pérou et la France, présidentes des COP 20 et 21, a permis des progrès en vue de l’adoption d’un accord ambitieux sur le climat à Paris à la fin de l’année.

A 132 jours de la COP, l’objectif de cette consultation informelle au niveau ministériel était de renforcer l’impulsion politique sur les grandes questions du futur accord.

Je salue la présence d’une quarantaine de délégations étrangères – dont 26 à niveau ministériel – appartenant à l’ensemble des groupes de négociation. Je me félicite de la teneur des débats que nous avons eus durant ces deux jours.

La réunion a été constructive. Tous les participants sont engagés pour trouver des compromis sur les grandes questions politiques. Les discussions ont été ciblées sur plusieurs points délicats, par exemple comment construire un plan pour rester en dessous de 1,5 ou 2 degrés ou comment refléter les différences entre pays. Chaque pays a rappelé son engagement à faire son maximum pour réussir la COP21 à Paris. C’est-à-dire construire un nouvel accord universel légalement contraignant permettant de rester en dessous de 1.5 ou 2 degrés, renforcer les capacités d’adaptation, et mobiliser les moyens de mise en œuvre (finance, technologies, renforcement des capacités) qui permettront d’atteindre ces objectifs.

L’objectif est ambitieux, mais je suis confiant. Nous sommes tous conscients des enjeux et résolument tournés vers la recherche des solutions indispensables.

Je préparerai la présidence française avec comme mots d’ordre : transparence, ambition, compromis. »

Dernière modification : 22/07/2015

Haut de page