Coupe du monde 2023 : Du rêve à la réalité

Paris, le 15 Novembre 2017

La France organisera la Coupe du monde en 2023, pour la deuxième fois de son histoire après 2007.

Elle a été choisie à Londres au détriment de l’Irlande et l’Afrique du Sud, les autres pays candidats. La France est arrivée première aux deux tours du scrutin : elle a récolté 18 voix au premier (contre 13 pour l’Afrique du Sud et 8 pour l’Irlande), et 24 au second, contre 15 pour l’Afrique du Sud.
Bernard LAPORTE (Président de la FFR) : « C’est la candidature du rugby amateur, c’est eux (les clubs) qui ont gagné. Cette Coupe du monde elle est pour tout le rugby français. J’en étais le dépositaire car je suis le président, mais c’est le rugby français qui a décidé d’organiser cette Coupe du monde. Pour le rugby amateur, je suis content, vous ne pouvez pas vous imaginer. Les retombées économiques, elles seront pour eux. Avec toutes les réformes que nous avions engagées, il fallait que nous gagnions cette Coupe du monde. Ce n’était pas un aboutissement, mais c’était un élément important dans l’évolution de notre rugby. Cela va attirer des licenciés, cela va donner les moyens économiques pour mettre en place les réformes déjà engagée. »
JPEG
Bill BEAUMONT (Président de World Rugby) : « Félicitations à la France pour avoir été retenue hôte de la Coupe du Monde de Rugby 2023. La France a présenté une offre solide, complète et convaincante qui a clairement séduit le Conseil aujourd’hui. »

Claude ATCHER (directeur #France2023) : « Je pense que quand Bernard est arrivé, on a tous pris la responsabilité de ramener cette Coupe du monde pour le rugby français, pour le rugby professionnel, le rugby amateur, pour les fans. On s’est battu pendant huit mois comme des chiens. Cela a été difficile, vous ne pouvez pas vous imaginer. On a tenu, jusqu’à cette nuit encore. On rencontrait des présidents pour les convaincre que notre dossier était le meilleur. Quand on nous demandait si on n’était pas arrogant... On ne va pas jouer un match si on pense qu’on est moins bon que les autres. On a monté un dossier qui, en termes de qualité, était le meilleur. »

La ministre des Sports Laura Flessel a adressé ses félicitations aux parties-prenantes de la candidature de la France, qui a obtenu mercredi l’attribution de la Coupe du monde de rugby de 2023. « Cette victoire vient ainsi récompenser la qualité du dossier de candidature français, qui a su tirer tous les bénéfices de la Coupe du Monde masculine de 2007 et de la Coupe du Monde féminine de 2014 organisées sur notre sol, a-t-elle souligné dans un communiqué. Leur impact a ainsi permis de développer considérablement la pratique du rugby au niveau amateur, tout comme l’intérêt médiatique pour ce sport en France. »

« Organiser la Coupe du monde en 2023 sera une chance formidable pour accélérer plus encore le développement du rugby dans notre pays, mais aussi pour contribuer au rayonnement international de la France à travers le sport, a ajouté la ministre. (...) L’Etat, au soutien de la candidature depuis le début, sera au rendez-vous pour préparer au mieux ce grand événement. »

Dernière modification : 23/11/2017

Haut de page