France : Mise en oeuvre d’une diplomatie active des Droits des femmes

Droits des femmes, la France joue un rôle actif !

Une véritable diplomatie des Droits des femmes, devenue une priorité de la France sur la scène internationale, a été mise en oeuvre dans le cadre bilatéral mais aussi, plus largement, aux niveaux européen et multilatéral.

Dans le cadre multilatéral

A l’heure où des menaces de recul pèsent sur les droits des femmes dans le monde, la mise en oeuvre d’une véritable diplomatie des droits des femmes est plus que jamais cruciale dans les enceintes internationales. La France a porté son message avec succès, notamment au Conseil de sécurité des Nations Unies, lors des débats relatifs à la lutte contre les violences commises envers les femmes dans les conflits armés ou encore de la mise en oeuvre par les Etats de la résolution 1325 « femmes, paix et sécurité ».

Cette année, la France a joué un rôle actif dans la préparation de la 57ème session de la Commission de la Condition de la Femme de l’ONU.

Grâce notamment à une mobilisation en amont avec la directrice exécutive d’ONU-Femmes et plusieurs de nos partenaires, cette session s’est soldée par un succès historique et l’adoption d’un texte de conclusions ambitieux sur la lutte contre les violences à l’égard des femmes et des filles. Aucun consensus n’avait pu être trouvé l’an dernier, ni en 2003, la dernière fois où les négociations avaient porté sur les violences faites aux femmes.

JPEG

Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes intervient le 5 mars 2013 à l’ONU à New York pour les travaux de la Commission de la Condition de la femme (CSW)

Cette diplomatie des Droits des femmes a également été consacrée au sein de la Francophonie par l’organisation, cette année à Paris, du tout premier Forum mondial des femmes francophones.

La France est, dans le même esprit, d’ores et déjà fortement mobilisée pour la préparation des prochaines échéances internationales, notamment le 20ème anniversaire de la conférence du Caire sur la population et le développement (2014) et la conférence internationale des femmes de Pékin (2015), sans oublier les travaux d’actualisation des objectifs du millénaire du développement post-2015.

Sur le plan bilatéral

Plusieurs déplacements ministériels ont été faits auprès de partenaires plus avancés dans certaines thématiques notamment la Suède, le Canada, la Belgique, le Royaume-Uni ou l’Italie. Des dialogues ont par ailleurs été engagés avec plusieurs pays qui ont débouché sur la mise en oeuvre d’actions de coopération concrètes, notamment avec le Maroc, dans le cadre de la lutte contre les discriminations et les violences faites aux femmes.

Au niveau européen


La France soutient l’adoption d’une directive ambitieuse relative à un meilleur équilibre femmes-hommes dans les conseils d’administration des entreprises européennes cotées en bourse. Elle a proposé de relancer la réflexion sur la directive relative au congé maternité dans une approche élargie de conciliation des temps de vie, ainsi que la mise en place d’un véritable « pilier égalité » de la nouvelle gouvernance économique de l’Union européenne.
La France accueillera en 2013 la troisième conférence ministérielle de l’Union pour la Méditerranée entièrement consacrée au renforcement de la place des femmes dans la société, thématique particulièrement essentielle aux lendemains des « printemps arabes ».

Dernière modification : 25/08/2014

Haut de page