La licence francophone AES s’enracine au Vanuatu [en]

Le mardi 3 décembre 2013 a eu lieu la signature de la convention cadre, qui enracine au Vanuatu la licence francophone en Administration Economique et Sociale (AES) de l’université de Toulouse Capitole 1.

Cette convention cadre a été signée par le Premier Ministre, M. Moana Carcasses entouré du Ministre de l’Education, M. Bob Loughmann, et du Ministre des Finances, M. Maki Stanley Simelum, et par l’Ambassadeur de France, M. Michel Djokovic.
JPEG
Dans ce document, les différentes parties prenantes : le gouvernement du Vanuatu, l’Ambassade de France, l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) et l’Université de Toulouse Capitole 1, définissent d leurs engagements respectifs dans ce projet, qui est la 1ère offre universitaire en langue française au Vanuatu.

La mise en place de la licence francophone AES au Vanuatu comporte trois phases D’abord la phase expérimentale avec le groupe d’étudiants rentrés en première année en 2013. Puis une seconde phase intermédiaire avec une nouvelle promotion d’étudiants qui fera sa rentrée en février 2014 et pour laquelle la gestion sera assurée conjointement par l’AUF et le Ministère de l’éducation. Enfin la phase finale, où toutes les promotions suivantes seront gérées par le gouvernement. L’année 2014 constitue donc une période cruciale avec le recrutement d’une nouvelle équipe de coordination.
La première promotion d’étudiants a vu le jour grâce au soutien financier de l’Ambassade de France et du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. 65% des élèves ont obtenu leur première année, ce qui est un beau succès puisqu’en France la moyenne est seulement de 40%. Ces résultats positifs laissent présager un bel avenir à ce cursus pluridisciplinaire, ouvert tant aux étudiants qu’aux actifs en formation continue.

Cependant, les défis sont nombreux pour amener ce projet à maturité : affectation de locaux spécifiques, élargissement régional du consortium d’universités impliquées, renforcement du corps professoral vanuatais, création d’une direction de l’enseignement supérieur au sein du Ministère de l’Education.

Si tous ces défis sont relevés, la jeunesse vanuataise pourra bénéficier d’une offre universitaire plus étoffée, qui permettra à chaque étudiant, francophone ou anglophone, de s’orienter vers une formation valorisante, lui ouvrant les portes d’un avenir réussi.

Dernière modification : 25/08/2014

Haut de page