La santé au Vanuatu - informations générales

Présentation des risques majeurs de santé au Vanuatu et de la couverture médicale réduite en terme d’appareils, de spécialistes et de structures de soins.

I. Présence médicale au Vanuatu

La présence d’infrastructures médicales est très réduite au Vanuatu.

Si l’on compte des cabinets médicaux, un hôpital public et quelques lits d’hospitalisation privée, il faut absolument avoir conscience que la présence médicale est très loin de ce qui peut se trouver en France.
De nombreuses spécialités ne sont pas représentées ou très ponctuellement, des appareils qui permettraient des analyses pointues ne sont pas disponibles.
Consultez notre article liste de praticiens de santé au Vanuatu.

Les principaux médicaments connus en France sont disponibles sur place ainsi que leurs équivalents génériques ou anglo-saxons (se munir d’une ordonnance).

Généralement, tout accident sérieux implique un déplacement dans un autre pays, généralement la Nouvelle-Calédonie pour les Français.
Attention, la Nouvelle-Calédonie dispose de son propre système de santé, la CAFAT, qui n’est aucunement automatiquement accessible aux Français.

Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et, de manière générale, aux dépenses de santé qui peuvent être très élevées à l’étranger, notamment auprès des établissements privés qui offrent parfois des services plus adaptés, il est impératif de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (opération chirurgicale, hospitalisation ou rapatriement). Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade.

Faute de pouvoir justifier d’une couverture sociale, vous vous exposez au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale.

• Recommandations pour votre santé :

Lors de vos déplacements hors du Vanuatu, consultez si besoin les spécialistes nécessaires, effectuez une évaluation de votre état de santé et analysez les risques sanitaires en fonction de ce dernier.
Constituez votre pharmacie personnelle en conséquence et emportez dans vos bagages les médicaments nécessaires.

II. Vaccinations

Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées  : assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles mais aussi liées à toutes les zones géographiques visitées.
Ainsi, la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP) est recommandée en incluant Rubéole Oreillons et Rougeole chez l’enfant ; la vaccination contre l’hépatite B, ayant une forte prévalence au Vanuatu, est conseillée et la vaccination antituberculeuse est également souhaitable
Autres vaccinations conseillées : en fonction des conditions locales de voyages, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A peuvent être recommandées.

III. Maladies transmises par les moustiques

Paludisme
Si le paludisme est encore présent au Vanuatu, il est rarement constaté sur l’île d’Efate et jugé résiduel.
Globalement, il est néanmoins nécessaire de faire de la prévention anti moustiques.

Dengue
Les épidémies de dengue sont récurrentes au Vanuatu, y compris à Port-Vila.
Les symptômes de la maladie s’apparentent à ceux de la grippe (forte fièvre, douleurs articulaires, maux de tête). Il n’existe actuellement pas de traitement préventif contre l’infection de la dengue. La prise en charge est donc avant tout symptomatique et repose sur la prise d’antalgiques à base de paracétamol et le repos. Il faut impérativement éviter la prise d’aspirine et d’anti-inflammatoire. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques.

Chikungunya
Des cas de chikungunya sont possibles au Vanuatu.
La transmission du chikungunya s’effectue par l’intermédiaire de moustiques infectés. Cette maladie se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires). Le traitement est alors symptomatique. Il n’existe actuellement pas de traitement préventif ni vaccin. La prévention individuelle repose donc essentiellement sur les moyens de protection contre les piqûres de moustiques (cf ci-après). Pour plus d’informations sur le chikungunya, consulter ce site.

Mesures générales de prévention pour se protéger des moustiques :

- Portez des vêtements couvrants, amples, légers, de couleur claire et imprégnés de traitement textile insecticide (efficace deux mois et résistant au lavage) ;
- Utilisez des produits répulsifs cutanés ;
- Protégez votre logement (moustiquaires, diffuseurs électriques, serpentins, climatisation, etc.) ;
- Détruisez les sites potentiels de reproduction des moustiques (récipients d’eau stagnante comme les soucoupes sous les pots de fleurs, les gouttières, les pneus, etc.).

IV. Informations diverses

L’eau est potable à Port-Vila et à Luganville.
Dans les autres localités, il est recommandé de se préserver des contaminations digestives en étant prudent quant aux produits consommés.
Ne pas acheter de poisson de récif sur les marchés locaux car ils risquent d’être contaminés par la ciguatera (aussi appelé "gratte").

L’humidité tend à ralentir les processus de cicatrisation.
En cas de début d’infection, il est recommandé de rapidement consulter un médecin, des évolutions sérieuses pouvant rapidement apparaître (fièvre, ganglions etc).

Animaux :
Seules quelques espèces peuvent représenter un danger pour l’homme au Vanuatu parmi lesquelles :
- le tricot-rayé, serpent noir et blanc aquatique nichant en bord de mer ; les accidents sont rarissimes, ce serpent n’étant pas agressif
- les scolopendres, gros "mille-pattes" attirés par les recoins obscurs et humides, en cas de réaction allergique, leur piqure peut être dangereuse
- les abeilles locales en cas d’allergie
- certaines méduses (observation résiduelle) en cas d’allergie
- les requins

Attention aux accidents de plongée, en particulier pour les personnes peu expérimentées, et les plongées sur le site de l’épave du President Coolidge à Santo, car les contrôles et la supervision des guides ne sont pas toujours adaptés.

Dernière modification : 16/11/2017

Haut de page