Mali : le Secrétaire général de la Francophonie salue l’adoption de la feuille de route et appelle à la retenue face aux risques d’exactions et de représailles

Communiqué de presse
Paris, le 30 janvier 2013


Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, salue l’adoption, par l’Assemblée nationale malienne, de la feuille de route de la transition et appelle à sa pleine mise en œuvre, avec l’appui des partenaires internationaux.

« L’adoption de la feuille de route constitue une avancée décisive du processus politique qui doit conduire au rétablissement de l’ordre constitutionnel et de la démocratie au Mali », a ajouté le Secrétaire général.

Le Secrétaire général se félicite de la mobilisation et des résultats encourageants enregistrés par la Conférence des donateurs en faveur de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA) et des Forces de défense et de sécurité du Mali, organisée le 29 janvier à AddisAbeba. « Les engagements pris à cette occasion démontrent la détermination de la communauté internationale à œuvrer pour la paix et la stabilité au Mali et au Sahel. J’appelle à la poursuite et à l’intensification de ces efforts », a souligné le Secrétaire général.

« Je tiens à rendre hommage, une nouvelle fois, à l’action rapide et efficace du Président François Hollande et à l’armée française », a ajouté Abdou Diouf, qui réitère le soutien de la Francophonie à l’engagement de la France aux côtés de l’armée malienne et se réjouit de la mobilisation des pays africains participant à la force internationale en cours de déploiement au Mali.

Le Secrétaire général rappelle l’impérieuse nécessité de veiller au respect des droits de l’Homme et appelle à la retenue face aux risques d’exactions et de représailles au lendemain de la reconquête de plusieurs villes du Nord.

Il réaffirme enfin la disponibilité pleine et entière de la Francophonie à accompagner les autorités maliennes dans la mise en œuvre de la feuille de route, notamment en soutien au dialogue politique, au processus électoral et au renforcement des institutions de l’État de droit.

Dernière modification : 25/08/2014

Haut de page