Message de l’Ambassadeur

Chers compatriotes,
Chers amis,

C’est une année éprouvante qui s’achève. Tous, nous partageons un sentiment de soulagement que nourrit l’espoir, encore ténu, mais porté par les derniers développements de la crise sanitaire et la mise en place des premières campagnes de vaccination, que 2021 sera l’année de sortie, certes progressive, de ce long et douloureux épisode pandémique : année de la reconstruction, des retrouvailles pour les familles séparées, de la reprise de l’économie et, plus que tout, du vivre ensemble.

Le Vanuatu a su se prémunir et demeurer tout au long de l’année dans le cercle restreint des pays dit « Covid-free ». Il convient à cet égard de reconnaitre et de saluer la tâche accomplie avec une remarquable efficacité par les autorités. Mais nous savons aussi que ce succès a eu un prix économique très lourd, du fait de l’arrêt de l’activité touristique et, conséquence plus ou moins directe, du ralentissement ou de l’interruption complète des échanges commerciaux avec les pays de la zone, à commencer par la Nouvelle-Calédonie. Nos pensées vont également à ceux, nombreux, qui depuis de long mois ont dû renoncer à voir leurs familles et leurs proches en métropole. Enfin, le passage destructeur du cyclone Harold début avril qui a lourdement affecté nombre d’entre vous, aura achevé de marquer d’une pierre noire cette année 2020.

La communauté française a souffert et les équipes de l’ambassade se sont mobilisées, chaque fois que cela était possible, pour apporter son aide : certes avec des moyens d’intervention souvent limités, mais sans ménager son temps ni son énergie. Je veux pour cela remercier mes collaborateurs et saluer leur engagement et leur détermination dans la gestion de situations bien souvent complexes, parfois douloureuses.

Plus largement, la réponse humanitaire de la France aux côtés de ses partenaires FRANZ, Nouvelle-Zélande et Australie, dans un contexte sanitaire particulièrement contraignant, a été à la hauteur des attentes : le pré-positionnement de stock humanitaire à Nouméa a permis une action rapide au profit des populations sinistrées, tout comme la mise en place quasi-immédiate d’un pont aérien avec le Médipôle de Nouvelle-Calédonie afin de tester dans les meilleurs délais les échantillons biologiques des premiers cas suspects de coronavirus au Vanuatu. Tout cela n’aurait pas été possible sans l’engagement des autorités de Nouvelle-Calédonie, gouvernement et Haut-commissariat, des Forces armées de la Nouvelle-Calédonie, les FANC, et enfin du Centre de Crise et de Soutien du ministère des Affaires étrangères. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés.
Enfin et surtout, nous avons pu apprécier, tout au long de l’année, la générosité, la solidarité qui se sont exprimées à travers votre mobilisation, à titre individuel ou portées par le tissu associatif. Chaque fois qu’il y a eu réussite, elle a été collective. C’est avant tout cela que nous retiendrons, avec gratitude, de cette année exceptionnelle.

Bien des épreuves nous attendent encore, la sortie de crise sera longue et nous allons devoir nous armer de patience. Mais déjà il faut songer à rebâtir, à consolider, à poursuivre l’aventure. Ouvrir une « bulle » avec la Nouvelle-Calédonie, remettre sur les rails la négociation de l’accord commercial entre Nouméa et Port-Vila, ces deux objectifs sont désormais placés au sommet de notre agenda. Fin 2019, nous nous étions fixé comme priorité de réengager l’AFD sur le terrain de la coopération avec le Vanuatu. Les progrès accomplis, grâce à la mobilisation des équipes sur place, à Nouméa et à Paris ont été retardés, mais n’ont pas été entièrement contrariés par la crise. Des résultats sont déjà là, d’autres à portée de main, et nous avons bon espoir de pouvoir les concrétiser et les annoncer d’ici l’été 2021. Ils porteront dans un premier temps sur deux domaines essentiels, l’éducation et la santé.

L’expatriation, l’éloignement, le voyage, devraient toujours, sinon être l’occasion d’entamer une page blanche, du moins commencer par un constat d’humilité. « Sans doute ne devrait-il jamais y avoir d’autre raison au voyage que celle de mesurer exactement ses propres incompétences » écrit Jean-Marie Le Clézio dans Raga, récit par le prix Nobel de littérature d’un beau voyage initiatique sur l’île de Pentecôte. Face à l’adversité, aux épreuves qui ont jalonné cette année exceptionnelle, nous avons beaucoup appris de ce pays, de sa culture, de sa force de résilience, mais aussi de vous. Nous saurons tirer les enseignements riches et nombreux de l’année 2020 et de ce que nous avons partagé et appris à vos côtés, pour entamer plus forts, plus efficaces encore, l’année 2021.

C’est aussi pour cela que notre ambassade, votre maison, demeurera toujours accessible, à toutes celles et tous ceux qui souhaitent simplement échanger avec nous, nous faire part de leurs remarques, de leurs critiques, de leurs suggestions.
En attendant d’avoir le plaisir de vous rencontrer ou de vous retrouver, toute l’équipe de l’ambassade de France au Vanuatu et aux îles Salomon se joint à moi pour vous adresser nos meilleurs vœux, à vous et à ceux qui vous sont chers.

Pierre Fournier

Dernière modification : 24/12/2020

Haut de page