Sélection de la Première Tranche pour 2013 des microprojets (FSD) de l’Ambassade de France

Le Comité de sélection des microprojets de développement s’est réuni le 24 mai dans les locaux de l’ambassade sous la présidence de M. Michel Djokovic, l’Ambassadeur. Le Vanuatu était représenté par MM. Victor Rory, Bureau du Premier Ministre, et Stuart Maon, Ministère des Affaires Étrangères, et la société civile par Mme Sandrine Wallez, Directrice de l’association « Alternative Communities Trade in Vanuatu » (ACTIV).

Ce programme de l’Ambassade de France, financé par le Fonds Social de Développement (FSD), est doté d’un budget de 500 000 € (61,5 millions de Vatus) pour la période 2010-2013. L’ambassade apporte ainsi une remarquable contribution au développement de l’archipel en répondant directement et de manière efficace à des besoins exprimés par des communautés villageoises tout en laissant à celles-ci le soin de mener à bien leurs projets.

Les microprojets éligibles dans ce cadre sont essentiellement destinés aux populations qui vivent dans des zones rurales peu accessibles du Vanuatu, dans l’intention de les aider à disposer des services de base (accès à l’eau potable, à l’éducation, aux soins) ou de leur donner la possibilité de développer des activités économiques.

Tous les dossiers de présentation de microprojets ont été examinés. Le Comité s’est attaché à identifier ceux susceptibles d’être financés par la première tranche du FSD prévue pour 2013. 13 d’entre eux ont ainsi été validés pour un montant total d’environ 5 millions de Vatus.

JPEG

Les microprojets en matière d’éduction représentent plus de la moitié de ceux qui ont été sélectionnés au cours de cette réunion du Comité et portent, notamment, sur la finition de travaux de rénovation d’écoles ou la construction de petites bibliothèques. C’est le cas pour l’école primaire d’Ilvu Alam, située sur la côte est de l’île d’Erromango, et de l’école primaire Saint-Henri, dans le sud-est de l’île de Pentecôte.

Les demandes de fourniture de citernes d’eau ont également été nombreuses. Le Comité a donc considéré qu’il fallait commencer par équiper les populations les plus isolées et démunies de l’archipel, notamment à Merelava ou à Gaua dans la province des Torba.

JPEG

Par ailleurs, le Comité a étudié les projets de développement économique et a décidé, en appréciant le sérieux des dossiers correspondants, d’apporter un soutien à l’Association de Tourisme de Motalava et au Club des Femmes du sud de l’île d’Ambae qui se lance dans une activité d’élevage de volailles.

Vous pouvez découvrir plus en détail le programme de microprojets financés par l’Ambassade de France au Vanuatu en cliquant ici.

Dernière modification : 25/08/2014

Haut de page